lundi, 15 of août of 2022

Category » Expériences d’espérance

La Mutuelle Solidaire, le Prêt Solidaire

.

Face à la misère agricole au milieu du XIXe siècle, un mouvement mutualiste est en Rhénanie, débouchant notamment sur le Crédit Mutuel. 150 ans après, les Alsaciens sont de retour avec un nouveau concept de mutuelle et de crédits solidaires.

.

Les motivations actuelles ne sont-elles pas identiques à celles de 1947 : se serrer les coudes, se protéger de l’usure… Mais comme les institutions créées à l’époque ont Read more »


BNB & son réseau de coopérateurs : une monnaie urbaine pour la justice sociale

.

Des Suisses ont créé une monnaie locale complémentaire innovante à Bâle, le Bon Netz Bon (BNB), monnaie locale urbaine, grâce à la force d’un réseau de coopérateurs. Parole à l’un des fondateurs et responsables, Isidore Wallimann, également professeur d’université émérite.

.

Lorsqu’on pense monnaies locales complémentaires en Suisse, arrive tout de suite le WIR, qui fonctionne depuis plus de 70 ans et concerne 60.000 utilisateurs. Comment se situe le BNB ?

Le WIR1, monnaie complémentaire qui est effectivement utilisée par un quart des entreprises du pays, est orienté défense des artisans et petites entreprises contre le grand capital, dans une optique protectionniste voire nationaliste : le local en Suisse est souvent teinté de réactionnaire. À l’inverse, le BNB a une vocation de justice sociale. Il a été créé comme Read more »


Planet13, un cybercafé suisse par et pour les précaires

.

Des gens concernés par la pauvreté, chômeurs et exclus voulaient ouvrir un espace pour que tous aient accès à internet et à la technologie moderne. « Internetcafé Planet13 » a ouvert à Bâle en juillet 2007, en centre ville, bien accessible par les transports publics.

.

Pour rechercher du travail et pour communiquer avec le monde moderne, on a besoin d’ordinateur, de correspondre par Internet, d’imprimante, de cartouche d’imprimante, de papier, d’enveloppes, etc. Ce sont des dépenses que beaucoup de gens concernés par la pauvreté ne peuvent Read more »


Le Restaurant Hirscheneck : autogestion dans la durée

.

Depuis 32 ans à Bâle dure cette expérience d’autogestion. Au fur-et-à-mesure de son histoire et de la succession des générations, le restaurant Hirscheneck a vu beaucoup de changements en ses murs, mais il n’a jamais abandonné le principe d’autogestion. Comment s’expliquer ce succès ? Notre ami suisse Hans-Georg Heimann a interrogé Roger Portmann, un membre de l’Hirscheneck.

.

Comment s’est développée cette expérience ?

Dans les années 70, le mouvement pour vivre et travailler autrement était très fort en Suisse et un groupe de jeunes gens cherchait Read more »


Parlement des chômeurs de Thüringen

.

En Allemagne se montent des parlements bien particuliers pour exprimer la voix des chômeurs et des précaires.

En Allemagne en 1998, il n’y avait officiellement que 5 millions de chômeurs recensés. Il y eut une multitude de manifestations contre cette situation intolérable, les tracasseries rencontrées par les chômeurs, les injustices, les mesures inhumaines, les projets inacceptables des gouvernants… et à Erfurt la naissance d’une nouvelle forme d’action participative.

Un Parlement des chômeurs est en février 1999 dans Read more »


Le 100ème singe

.

Fable ou réalité ? Les évolutions se propageraient dans l’inconscient collectif plus vite et plus profondément que dans les médias. À quand le 100ème humain distributiste ?

Une espèce de singe japonais, le macaque japonais (macaca fuscata), a été observée à l’état sauvage sur une période de 30 ans. En 1952, sur l’ile de Koshima, des scientifiques nourrissaient les singes avec des patates douces crues en les jetant sur le sable. Les singes aimaient le goût des patates douces, mais trouvaient leur saleté déplaisante.

Une femelle âgée de 18 mois appelée Imo pensait qu’elle pouvait solutionner le problème en lavant sa nourriture dans un ruisseau tout près. Elle enseigna ce truc à sa mère. Leurs compagnes de jeu apprirent aussi cette nouvelle façon de faire et l’enseignèrent également à leurs mères.

Cette innovation culturelle fut graduellement adoptée par différents singes devant les yeux des scientifiques. Entre 1952 et 1958 tous les jeunes singes apprirent à laver les patates douces pleines de sable pour les rendre plus agréables au goût, ainsi que les adultes qui avaient des enfants. Les autres singes adultes conservèrent leur habitude de manger des patates douces sales.

Alors quelque chose d’étonnant se produisit. À l’automne de 1958, un certain nombre de singes de Koshima lavaient leurs patates douces (leur nombre exact demeure inconnu). Supposons que lorsque le soleil se leva un matin, il y avait 99 singes sur l’île qui lavaient leurs tubercules. Supposons encore qu’un peu plus tard ce-matin là, le centième singe appris à faire de-même.

ALORS LA CHOSE ARRIVA !

Ce soir-là presque tous les singes de la tribu se mirent à laver les patates douces avant de les manger. L’énergie additionnelle de ce centième singe créa une sorte de percée scientifique !

Mais notez ceci : la chose la plus surprenante observée par ces scientifiques fut le fait que l’habitude de laver les patates douces fit alors un saut au-delà des mers… pour rejoindre des colonies de singes habitant dans les autres îles ainsi que les singes de Takasakiyama sur le continent qui commencèrent aussi à laver leurs patates douces. C’est ainsi que le macaque japonais a été surnommé le « laveur de patates ».

Ainsi, quand un certain nombre critique d’individus accomplit une prise de conscience, cette nouvelle prise de conscience peut être communiquée d’un esprit à un autre.

Bien que le nombre exact peut varier, ce « Phénomène du Centième Singe » signifie que lorsque seulement un nombre limité de gens apprend une nouvelle façon de faire, celle-ci peut devenir partie intégrante de la conscience de ces gens. À un moment donné, il suffit qu’une personne de plus se mette à adopter une nouvelle prise de conscience pour que son champ d’action s’étende et que cette prise de conscience soit adoptée par presque tout le monde !

.

Extrait du livre « Le Centième Singe » de Ken Keyes*

.

* relayé par www.naute.com/anecdotes/singe.phtml

.

publié dans le n°5 de mars 2011, mis en ligne le 14/12/2011


Humanisme et adversité

.

Il faut changer le monde à grande échelle, pour que tout le monde puisse vivre. Que faire de ceux qui ne veulent pas le changer ? De ceux qui sont en partie responsables de son état actuel ? Les isoler ou les faire disparaître, c’est difficilement compatible avec nos idées humanistes. Dans la démocratie locale et représentative comme dans les coopératives, il y a toujours des personnes que l’on n’a pas envie de voir. Comment composer avec elles ? Une piste nous est proposée par Laurent Gounelle.

.

» On commence à mener des recherches scientifiques sur l’amour, et on découvre des choses extraordinaires. Dans une université des USA, des chercheurs qui cultivaient des Read more »


Portrait de Rudi Eichenlaub


.

Comment un Allemand peut-il réagir vis-à-vis de l’Économie Distributive ? Voici le témoignage d’une personnalité très active dans l’espace transfrontalier Suisse-Allemagne-France.

.

Que faites-vous de beau dans la vie ?

Dans ma vie active, j’ai d’abord travaillé comme prêtre catholique dans les Andes du Pérou, en étant particulièrement attentif à la réciprocité vis-à-vis de la culture indienne. Ensuite, j’ai vécu en Allemagne avec ma femme pendant une dizaine d’années, dans la Maison de Vie de Heitersheim dont nous sommes co-fondateurs.

À maintenant 73 ans, je vis toujours avec mon épouse, à Freiburg, une ville très agréable à vivre. Je m’intéresse et j’accompagne plein d’activités dans ma région qui pourraient servir d’alternatives, surtout au niveau Read more »


S’écouter et s’entendre avec ColorVote

.

Une consultation participative a été menée pour identifier les besoins et les responsabilités de chacun autour de la question de « lamélioration de la vie aux Chaufourniers »1, avec l’aide de l’outil ColorVote.

.

Quartier des Chaufourniers, la situation était jugée explosive… Il fallait lapport dune Read more »


Faire participer une foule : le Forum Ouvert

Comment organiser la parole dans une foule, en favorisant la créativité et la coopération ?

.

Le Forum Ouvert est une méthode qui permet la réalisation de réunions créatives destinées à des groupes de 5 à 2000 personnes, pour traiter dimportantes questions, parfois complexes ou même conflictuelles. Il favorise la transformation positive au sein des organismes, augmente la productivité, inspire des solutions innovantes, améliore la communication et accroît la coopération.

.

Cette approche a été développée il y a plus de vingt ans par Harrison Owen et a depuis été utilisée plus de 60 000 fois dans 120 pays.

.

Les participants déterminent eux-mêmes leur programme de travail à leur arrivée, il est donc à peu près impossible de prévoir quels seront les résultats spécifiques ou didentifier précisément la façon dont ils seront atteints. Rendez-vous sur internet pour en savoir plus !

.
La loi des deux pieds : « Si vous n’êtes en train ni d’apprendre, ni de contribuer, passez à autre chose ! »

.

tiré du site des Colibris

www.colibris-lemouvement.org/ensemble/evenements-animations/forum-ouvert

www.openspaceworld.org

.


Légende de la création de open space selon Harrison Owen.

Après avoir préparé un congrès pour 200 développeurs d’organisation qui s’était à peu près bien déroulé, il se serait vu confier par un ami : « Tu sais quoi Harrison, c’était génial, mais le meilleur, c’était les pauses café ». Harrison se demanda alors comment organiser une conférence qui ne se déroulerait qu’en pauses café. Se rappelant alors l’expérience comme spectateur d’une organisation de fête dans un village africain, il avait découvert Open Space.1

.

1 Il existe une autre version de l’origine de l’open space : le « bureau paysager » serait né en Allemagne après la 2è guerre mondiale par deux frères Schnelle qui l’auraient ensuite développé aux USA.

.

publié dans le n°4 de novembre 2010, mis en ligne le 08/12/2011