samedi, 21 of janvier of 2017

Parlement des chômeurs de Thüringen

.

En Allemagne se montent des parlements bien particuliers pour exprimer la voix des chômeurs et des précaires.

En Allemagne en 1998, il n’y avait officiellement que 5 millions de chômeurs recensés. Il y eut une multitude de manifestations contre cette situation intolérable, les tracasseries rencontrées par les chômeurs, les injustices, les mesures inhumaines, les projets inacceptables des gouvernants… et à Erfurt la naissance d’une nouvelle forme d’action participative.

Un Parlement des chômeurs est en février 1999 dans le länder de Thüringen (région de Thuringe). Réuni une première fois, le TALP (Thüringer Arbeitslosenparlamentes1) a manifesté son désir de poursuivre des actions revendicatives, mais aussi daccompagner, de participer (en tant que Parlement à contrecourant) à la mise en place dune autre forme de politique.

Environ 60 organisations et beaucoup de chômeurs (jeunes et moins jeunes) étaient présents lors de la constitution du Parlement. Des comités d’entreprise ont témoigné leur solidarité et ont apporté leur soutien.

Des chômeurs, des syndicalistes, des associatifs, des représentants de mouvements d’église, des étudiants, des retraités ont participé à la mise en place de ce Parlement et ont fixé des orientations. Des thèmes ont été retenus, des délégations mises en place.

Les rencontres ont été fixées tous les 100 jours, cela pour plusieurs raisons : permettre aux « nouveaux politiques » de définir des orientations, laisser un temps de réaction, d’action, entre deux séances.

Le mot d’ordre était « nous allons poursuivre notre combat ! ». Pour ce faire, des groupes de travail ont été mis en place : coordination, suivi du marché du travail, suivi de la politique sociale, et relations publiques.

Un Président a été élu (Hans Herrmann Hoffmann), ainsi que les responsables des différents groupes de travail. Chaque groupe fonctionne de manière autonome et propose les thèmes de discussion des réunions à venir. Ces groupes de travail sont ouverts à toute personne exprimant le désir d’y participer. Les réunions sont organisées par les différents responsables des groupes de travail.

Le groupe « coordination » est chargé de l’organisation et de l’animation des réunions.

Pour être identifié et reconnu rapidement, le TALP s’est doté d’un logo.

Ce Parlement a été qualifié comme l’expression la plus nouvelle, la plus novatrice du Mouvement social. C’est une tribune, un porte parole, une forme d’organisation permettant aux chômeurs et précaires de définir les différentes revendications. Il est un endroit où chacune et chacun peut s’exprimer et apporter sa contribution. Depuis 2003, il réunit régulièrement entre 140 et 170 personnes issues de toute la région de Thuringe et qui viennent y exposer leurs problèmes.

Il aura fallu trois années de lutte pour être reconnu en tant que Parlement « à contrecourant »… et au final, ils ont réussi ! Le parlement a été invité par les 5 composantes du Parlement Régional, et ses représentants ont pu participer à ses réunions de travail en fonction des thèmes prévus.

Et c’est ainsi que le principe de participation a été accepté, à tel point que la Présidente du länder a fini par mettre des locaux à leur disposition. Il a été admis que le Parlement des chômeurs, à travers des méthodes de travail pragmatiques et où chacune et chacun peut s’exprimer, permet d’enrichir la réflexion des politiciens qui recueillent directement les voix des personnes concernées.

Fort de cette expérience, ils sont en train d’essaimer : il en existe aujourd’hui 4 dans le pays. Il est indéniable que nous aurions besoin d’un tel Parlement au niveau européen.

.

Ingrid Schindler

.

1 également appelé Thüringer Arbeitsloseninitiative Soziale Arbeit e.V. – www.thueringer-arbeitsloseninitiative.de

.

publié dans le n°5 de mars 2011, mis en ligne le 14/12/2011


Leave a comment