jeudi, 21 of septembre of 2017

BNB & son réseau de coopérateurs : une monnaie urbaine pour la justice sociale

.

Des Suisses ont créé une monnaie locale complémentaire innovante à Bâle, le Bon Netz Bon (BNB), monnaie locale urbaine, grâce à la force d’un réseau de coopérateurs. Parole à l’un des fondateurs et responsables, Isidore Wallimann, également professeur d’université émérite.

.

Lorsqu’on pense monnaies locales complémentaires en Suisse, arrive tout de suite le WIR, qui fonctionne depuis plus de 70 ans et concerne 60.000 utilisateurs. Comment se situe le BNB ?

Le WIR1, monnaie complémentaire qui est effectivement utilisée par un quart des entreprises du pays, est orienté défense des artisans et petites entreprises contre le grand capital, dans une optique protectionniste voire nationaliste : le local en Suisse est souvent teinté de réactionnaire. À l’inverse, le BNB a une vocation de justice sociale. Il a été créé comme monnaie alternative en vue de promouvoir léchange local et régional, de soutenir la prospérité locale et d’encourager un développement durable, social et écologique. Le mot social est chez nous particulièrement important.

Alors que la plupart des monnaies complémentaires aujourd’hui dans le monde sont rurales, la nôtre a la particularité d’être une monnaie urbaine, destinée à être utilisée par les 400.000 habitants de Bâle et alentours. Lancée en 2005, elle comptabilise maintenant 18.000 BNB qui circulent à travers plus de 80 entreprises, magasins et organisations de Bâle. Cette monnaie est en plus régionale et transnationale, elle peut être utilisée et échangée avec ses voisines d’Alsace et du Baden.

.

Comment réussissez-vous à gérer une telle dynamique avec autant de monde ?

Le mouvement coopératif et associatif, qui a démarré dès 1850, est plus fort en Suisse qu’en France. Inspirés par les mouvements anarchiste (au 19è et début du 20è siècle), ouvrier (aux débuts de l’industrialisation), coopératif (espagnol) et sociaux des années 1960, nous avons créé dans les années 1980 plusieurs associations d’aide aux précaires et de promotion de l’Économie Sociale. Cela a été le point de départ d’une multitude de projets, dont l’association « Verein Soziale Ökonomie » (VSÖ) puis la coopérative « Netz Soziale Ökonomie ». Le BNB a été lancé par cette dernière.

Cette coopérative «  Réseau d’économie sociale » est un réseau démocratique d’organisations gérées démocratiquement selon la règle „un membre une voix” (donc des associations et coopératives). Chaque membre s’efforce, dans ses activités quotidiennes, de se conformer aux principes de la gestion durable, sociale et écologique. Chacun doit pouvoir prouver que ses membres peuvent s’exprimer sur les questions relatives à l’engagement, au licenciement du personnel, ainsi que sur l’utilisation du profit dégagé… Le BNB est ainsi géré et contrôlé par des motivations sociales et coopératives.

.

Comment l’argent BNB est-il créé ?

Pour garder la confiance des utilisateurs du BNB et garantir la liquidité, nous ne l’avons pas créé ex-nihilo2 mais l’avons adossé au Franc Suisse (FS)3. La caution de la VSÖ (qui a notamment bénéficié d’un don de 70.000 FS) a bien aidé. Les FS récoltés lors des achats de BNB sont placés à faibles taux d’intérêts à la Banque Cantonale.

Ceci étant, nous aimerions compléter cette couverture par FS avec un système complémentaire de BNB-heures (dans le cadre d’un réseau d’échange de services temps). Cela le rendrait plus accessible car pour obtenir ces BNB, il n’y aurait pas besoin d’argent, seulement de temps et de compétences. Nous travaillons actuellement sur la conversion possible entre les deux systèmes.

Nous réfléchissons également à une couverture des BNB par de l’énergie solaire (produite par l’un des membres du réseau)4. De plus, nous étudions actuellement comment nous pourrions investir nos FS sur du micro-crédit et de l’énergie solaire.

.

Quelles sont les autres particularités du BNB ?

Nous n’avons pas mis en place de fonte périodique pour limiter le travail administratif. Notons que lors de la reconversion de BNB en FS, nous prélevons 5% et 20 FS forfaitaires.

Le BNB est utilisé également comme instrument de microcrédit. Les prêts BNB sont accordés sans intérêts comme crédits de départ pour permettre la création d’organisations de la société civile gérées démocratiquement ou de coopératives. Des prêts BNB peuvent aussi être attribués à des membres de la coopérative Réseau d’économie sociale si ceux-ci désirent s’agrandir ou s’engager dans des projets particuliers.

.

Propos d’Isidore Wallimann recueillis par Éric Goujot

.

www.viavia.ch/bnb

.

1 gérée par la Banque WIR, www.wir.ch

2 ex-nihilo = à partir de rien

3 Il faut donc des FS pour acheter des BNB. Les entreprises qui acceptent des paiements en BNB ont ainsi la garantie qu’ils peuvent convertir à tout moment les BNB en FS.

4 Plutôt que de convertir les BNB en FS, les entreprises bénéficieraient d’un droit de tirage sur l’énergie solaire produite.

.

publié dans le n°5 de mars 2011, mis en ligne le 14/12/2011


Leave a comment