jeudi, 21 of septembre of 2017

Portrait de Rudi Eichenlaub


.

Comment un Allemand peut-il réagir vis-à-vis de l’Économie Distributive ? Voici le témoignage d’une personnalité très active dans l’espace transfrontalier Suisse-Allemagne-France.

.

Que faites-vous de beau dans la vie ?

Dans ma vie active, j’ai d’abord travaillé comme prêtre catholique dans les Andes du Pérou, en étant particulièrement attentif à la réciprocité vis-à-vis de la culture indienne. Ensuite, j’ai vécu en Allemagne avec ma femme pendant une dizaine d’années, dans la Maison de Vie de Heitersheim dont nous sommes co-fondateurs.

À maintenant 73 ans, je vis toujours avec mon épouse, à Freiburg, une ville très agréable à vivre. Je m’intéresse et j’accompagne plein d’activités dans ma région qui pourraient servir d’alternatives, surtout au niveau économique, dans cette époque une décroissance est nécessaire.


.

L’ED inspire-elle vos actions ?

J’y trouve les éléments auxquels nous aspirons en Allemagne, même si cette ED, d’origine française, est méconnue dans mon pays.


.

Comment avez-vous connu l’ED ?

C’est Eric Goujot qui m’a montré et expliqué l’économie distributive, à la suite d’un forum organisé par la Maison de la Citoyenneté Mondiale en 2005.

.

Qu’est-ce qui existe dans votre pays pour assurer la promotion de l’ED ?

Comme je le disais, l’ED avec tous ses principes n’est pas connue en Allemagne. Mais chacun de ses principes est déjà plus ou moins en chantier.

Il existe un mouvement de monnaies complémentaires incluant les SELappelé chez nousTauschring, les RegiogeldFreitaler l’on peut voir appliqués dans la pratique certains principes que nous connaissons du projet SOL français.

Il existe un mouvement pour unbedingungsloses Grundeinkommen(chaque personne humaine reçoit sans condition une quantité d’argent suffisante pour vivre honnêtement). On suppose que les personnes vont faire des activités nécessaires dans la région ils vivent d’une manière beaucoup plus créative que maintenant.

Il existe ATTAC et d’autres mouvements pour le changement politique et écologique, pour favoriser la démocratie, etc…


.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans l’ED ?

La vision générale la plus complète que je connaisse.


.

Comment vous impliquez-vous pour l’ED ?

Dans ma situation concrète, avec la vieillesse qui s’approche. Le 10 février dans notre quartier de Freiburg, nous venons de créer l’association „Zeitbank 55+ Freiburg Ost“. Elle permettra de solliciter ou de prêter des services, dans la proximité, avec des payement en „heures“. À la différence des SEL1 ou du SOL engagement2, nous pourrons accumuler les heures avec l’assurance de pouvoir les utiliser plus tard, notamment dans sa vieillesse.

Zeitbank (banque du temps) fait référence à la possibilité de faire une réserve d’heures pour les utiliser plus tard. 55+ fait allusion aux personnes qu’on veut atteindre avec ce projet, c’est à dire celles qui ne sont pas salariées à temps complet. (Naturellement les moins de 55 ans sont également les bienvenus.)

Précurseurs en Allemagne, nous nous sommes inspirés de l’expérience de Johannes Brandl dans 20 villages de Haute-Autriche3. Des personnes âgées veulent rester normalement dans leur maison jusqu’à leur mort, Zeitbank est un dispositif qui le rendra possible. Ce que certains ont maintenant peut être nécessaire à d’autres, demain ce pourra être l’inverse. Ce dont j’ai besoin, les autres peuvent me le donner.

.

Vos espoirs ?

Que les changements naissent d’en bas : dans des régions à taille humaine, comme la région SÜDBADENALSACEBALE, il est possible de résoudre les problèmes les plus importants avec la participation créative des habitants.


.

Un autre monde est toujours possible lorsqu’il y a une grande partie des habitants qui le souhaitent et qui le réalisent.


.

Propos recueillis par Éric Goujot


.

1 SEL : Système d’Échange Local, cf. www.selidaire.org

3 cf. www.zeitbank.at

.

publié dans le n°5 de mars 2011, mis en ligne le 14/12/2011

Dans ma situation concrète, avec la vieillesse qui s’approche. Le 10 février dans notre quartier de Freiburg, nous venons de créer l’association „Zeitbank 55+ Freiburg Ost“. Elle permettra de solliciter ou de prêter des services, dans la proximité, avec des payement en „heures“. À la différence des SEL1 ou du SOL engagement2, nous pourrons accumuler les heures avec l’assurance de pouvoir les utiliser plus tard, notamment dans sa vieillesse.

Zeitbank (banque du temps) fait référence à la possibilité de faire une réserve d’heures pour les utiliser plus tard. 55+ fait allusion aux personnes qu’on veut atteindre avec ce projet, c’est à dire celles qui ne sont pas salariées à temps complet. (Naturellement les moins de 55 ans sont également les bienvenus.)

Précurseurs en Allemagne, nous nous sommes inspirés de l’expérience de Johannes Brandl dans 20 villages de Haute-Autriche3. Des personnes âgées veulent rester normalement dans leur maison jusqu’à leur mort, Zeitbank est un dispositif qui le rendra possible. Ce que certains ont maintenant peut être nécessaire à d’autres, demain ce pourra être l’inverse. Ce dont j’ai besoin, les autres peuvent me le donner.


Leave a comment