lundi, 15 of août of 2022

Category » Économie Distributive

Portrait de Patrick Viveret

.

Peu connue, l’Économie Distributive (ED) est tout de même source d’inspiration de personnalités reconnues, comme notre parrain Patrick Viveret. Il résume ici l’influence distributive sur son oeuvre.

.

Que faites-vous de beau dans la vie ?

Je me définis comme un passeur-cueilleur, tant dans ma vie personnelle, professionnelle que citoyenne : passer d’un univers à Read more »


Jacques Duboin et le droit à la vie

Le banquier et industriel Jacques Duboin (1878-1976), ancien député et ministre d’Aristide Briand, avait fondé le Mouvement Français pour l’Abondance et jeté les bases d’une nouvelle économie de distribution où la monnaie n’aurait plus qu’une seule fonction : mettre l’avoir au service de l’être.

.

Jacques Duboin, né le 17 septembre 1878 à Saint-Julien-en-Genevois, s’inscrit dans une longue lignée de Read more »


Portrait de Jean-Pierre Poulin

L’Economie Distributive (ED) est aujourd’hui peu médiatisée. Il existe tout de même quelques initiatives. En particulier le site www.jeanpierrepoulin.com/economie_distributive.html. Faisons connaissance avec Jean-Pierre Poulin.

.

Le Colibri : Vous êtes prof de guitare depuis 30 ans du côté de Tours. Comment avez-vous connu l’ED ?

Jean-Pierre Poulin : J’ai entendu Charles Loriant du MAD1 dans une conférence en 1993 Read more »


L’appel du 18… novembre

C’est ce jour-là que la Maison de la Citoyenneté Mondiale de Mulhouse a organisé un FORUM transfrontalier et participatif, dans le cadre du Mois de l’Économie Sociale et Solidaire avec pour objectif d’étendre la question à l’Économie Distributive.

Être solidaire ici et là-bas était en fait le thème fédérateur.

Et c’est ainsi que dans un premier temps, nous avons abordé au cours d’une table ronde la question d’actualité qui consiste à nous rendre compte que ce qui nous arrive actuellement en France et… dans le monde n’est pas une crise, ni une panne, mais la faillite d’un système basé sur l’appât, l’obsession du gain , la spéculation , l’exploitation de l’autre , la réduction de l’être humain à un rôle de facteur de production avec (pour les plus généreux) la possibilité de distribuer une partie du surplus (en fait des miettes) aux plus pauvres !!!

Cette mise en condition nous a permis de démarrer des Ateliers véritablement participatifs qui ont non seulement donné la possibilité à des économistes, des porteurs de projets, mais également à des chômeurs, à des personnes en situation de précarité (en fait une véritable mixité sociale) de se retrouver, de manière conviviale, participative. Les uns et les autres ont pu présenter leurs expérimentations, leurs projets. Les Ateliers reprenaient des thèmes, somme toute, assez classiques mais néanmoins existentiels tels que :

  • l’emploi,

  • la monnaie,

  • comment se loger, se nourrir, s’habiller

Les débats étaient passionnés et… passionnants. Les intellectuels étaient parfois surpris par les réactions spontanées des chômeurs.

Mais en définitive, les uns et les autres se sont rencontrés, ont tenté et souvent réussi à s’écouter pour mieux se comprendre et se sont donné envie de poursuivre ensemble la réflexion et… les expérimentations en cours ou à venir.

Parmi les sujets les plus évoqués on a distingué :

  • le groupe de parole des chômeurs et précaires, qui a pour but de lutter contre l’isolement des personnes, de pouvoir parler et d’être écouté par rapport à leurs problèmes et de donner envie de lutter, de résister ;

  • la couverture vivante qui permet à toute personne de prendre sa place dans le monde et d’œuvrer à son échelle pour la paix (pour cela, il suffit de créer, à partir d’un carré de tissu de 25 cm X 25 cm un message, dessin ou broderie représentant la paix aux yeux de chacun) ;

  • un Magasin pour Rien, qui permet à certains d’apporter, de déposer gratuitement des objets dont ils n’ont plus besoin et à tous de venir récupérer également gratuitement 3 objets de leur choix (on récupère, on donne, on recycle, on répare, on remet gratuitement en circulation) ;

  • le prêt solidaire : étonnant au départ, ce projet porte les valeurs de la coopération, de la participation, de l’entraide et de l’accès au prêt sans intérêt pour les personnes qui en font la demande. Ce projet développe une alliance entre différentes classes sociales ;

  • la monnaie complémentaire, qui permet de remplacer la notion de spéculation par la volonté de favoriser l’échange et le partage .

Une foule d’autres projets tels « SOS Fringues », l’aide alimentaire spécifique, l’agriculture urbaine, la rénovation des logements pour et par les occupants, le cybercafé solidaire, les continents solidaires, les solidarités transnationales, le tourisme solidaire, ont été présentés, débattus tout au long de la journée.

Mais… mais… me direz-vous, quel rapport avec l’Économie Distributive ?

Eh bien, figurez-vous qu’en y regardant d’un peu plus près, on s’est rendu compte que dans toutes ces initiatives il y a une véritable pratique qui consiste à partager les responsabilités :

  • les monnaies complémentaires, qui restent certes complémentaires mais permettent néanmoins de nous ouvrir, de nous approcher vers l’idéal d’une monnaie universelle véritablement distributive qui s’annule quand on s’en sert ;

  • le Magasin pour Rien est l’illustration parfaite que l’abondance, la distribution gratuite peuvent exister ou sont possibles ;

  • la rénovation des logements par et pour des personnes souvent exclues de la société, démontre que la propriété d’usage peut devenir réalité ;

  • le lancement d’une petite expérience de prêt solidaire a permis de constater qu’il existe des personnes qui acceptent de mettre dans un pot commun des sommes d’argent et de les prêter, sans intérêt, à d’autres.

Certes, on est encore loin d’un monde

  • Où chacune et chacun peut bénéficier d’une Allocation Universelle (un ticket pour la vie) ;

  • Où l’on met en place un service pour l’exécution des travaux pénibles (plutôt que des les réserver aux précaires) ;

  • Et où existe la libre initiative qui permet à chacune et chacun d’acheter ce qu’il veut avec son argent, sa monnaie distributive.

Et… pourtant… en y regardant de près, j’ai l’impression qu’on s’y approche, lentement mais… sûrement :

Parce qu’on y croit,

Parce qu’on est persuadé que face à une société où les uns gèrent l’abondance, alors que les autres vivent dans la précarité et l’exclusion, c’est le seul moyen, c’est la seule chance qui nous est offerte de VIVRE ENSEMBLE.

Voilà pourquoi ENSEMBLE, nous avons lancé cet Appel du 18… novembre, qui consiste à dire, à décréter, à hurler sur la place publique :

LUTTONS ENSEMBLE ! RÉSISTONS, EXPÉRIMENTONS, DÉMONTRONS À L’USAGE QUE LE LIEN EST PLUS IMPORTANT QUE LE BIEN ET… QUE L’ÉCONOMIE NE PEUT, NE DOIT PAS ÊTRE SOLITAIRE, MAIS SOLIDAIRE ET SURTOUT DISTRIBUTIVE.

.

Roger Winterhalter

.

publié le 17/02/2011


La crise, le Labo, le SOL

Résumé : la crise va donner au secteur de l’ESS des opportunités et une responsabilité considérable. Elle ne peut y faire face qu’en élaborant une vision dynamique et transformatrice non réduite au seul champ économique. Elle doit être aussi éducative et politique comme c’était le cas à l’origine du mouvement associatif et de ses formes mutuallistes et coopératives. Elle doit pour se faire développer d’abord en son propre sein ses propres valeurs affichées en particulier celles de solidarité et de démocratie. Elle doit également passer des alliances dynamiques avec des forces ouvertes à ces deux valeurs en particulier à l’échelle territoriale. Deux outils apparus ces dernières années peuvent puissamment l’y aider. Le Labo de l’ESS d’une part, la monnaie solidaire SOL d’autre part.

Read more »


L’île des naufragés : mystère de l’argent

Le Colibri invite à lire ce conte de Louis Even.

Très bon outil pédagogique – malgré les propos teintés de religion auxquels le Colibri n’adhère pas – à destination de tous, cette fable aide à comprendre la création de l’argent à travers un naufrage mettant en scène cinq personnages échoués sur une île. Le texte est disponible en 6 langues.

Tous nous savons d’où viennent les pommes, mais l’argent ?

.

publié le 07/05/2010


Portrait de Pepe Diaz

L’Economie Distributive (ED) est aujourd’hui peu médiatisée. Il existe tout de même quelques initiatives. En Espagne, Pepe Diaz vient de lancer une dynamique fort intéressante. Faisons connaissance avec Pepe. Read more »


Se loger en Économie Distributive : zoom sur la propriété d’usage

En Économie Distributive, les gens touchent un revenu d’existence calculé chaque mois en fonction des biens et services mis en vente, et l’argent est détruit chaque jour à chaque acte d’achat. On ne peut plus cumuler d’argent pour acheter un bien qui représente plusieurs mois de revenu. On ne peut donc plus acheter son logement, la propriété privée n’est donc plus possible.

La propriété collective – la majorité peut décider à tout moment de la vie des individus – n’est pas adaptée lorsque les gens aspirent à leur autonomie. Il faut une autre solution.

En Économie Distributive, on vit une propriété d’usage : chacun est maître chez lui, indélogeable. Lorsqu’il veut vivre ailleurs, il choisit un nouveau logement parmi ceux qui sont disponibles et abandonne tout droit de regard sur l’ancien logement (qui est alors disponible pour d’autres).

Peut-on « hériter » du logement d’un parent à sa mort ? Oui, à condition de quitter sa précédente habitation, puisqu’on ne peut habiter à deux endroits en même temps.

A noter que les retraités touchent également le revenu d’existence, il n’y a donc plus besoin de financer sa retraite par l’immobilier.

Eric Goujot

.

publié le 14/04/2010


Pensée globale pour demain, actions locales d’aujourd’hui

De plus en plus de voix appellent à revisiter l’imaginaire jusqu’aux frontières de l’utopie pour concevoir une autre économie, dans une sobriété heureuse. Pour que le fameux « Un autre monde est possible » ne soit pas un simple slogan et que d’autres choix puissent réellement être faits, que doit comporter un projet politico-économique pour être réaliste en 2010 ? Quels sont les problèmes racines à résoudre ? Quelles solutions proposer ? Quelles étapes locales proposer aujourd’hui ?

Read more »


LA MAISON DE LA CITOYENNETÉ MONDIALE

Une Association, des projets, de la citoyenneté, du multiculturel, des solidarités… à Mulhouse depuis 2002

Une nouvelle aventure, une utopie de plus, toujours aussi réaliste parce que vécue, expérimentée, car n’oublions pas que toutes les femmes et tous les hommes sont doués et qu’il suffit de le vérifier à l’expérience.

Cette Maison a été inaugurée le Read more »