lundi, 15 of août of 2022

Category » Contestation

J’ai peur

.

J’ai peur

De ces économistes aveugles et sourds

De ces banquiers qui ne connaissent pas les 4 opérations

De ces entreprises capitalistiques qui quémandent l’État

J’ai peur de ces 358 personnes Read more »


Le grand déraillement

L’économiste Patrick Artus, professeur à l’École polytechnique et à Paris-Sorbonne, est le chief economist de Natixis. Dans son nouveau livre, cosigné avec la journaliste Marie-Paule Virard, il fait le bilan sans concession d’une globalisation sans frein qui roule à tombeau ouvert vers le pire, c’est-à-dire vers le « choc des capitalismes déconnectés de la démocratie » qui, chez nous, fragilise le Français infiniment moyen dans sa condition de salarié précaire et de consommateur de plus en plus contrarié : « Loin d’être le ciment qui rapproche les économies et les peuples, Read more »


Ce n’est pas une crise, c’est à la faillite du système que nous assistons !

  • Un système basé sur lexploitation de lHomme par lHomme ;

  • Un système qui oblige des êtres humains (sous prétexte quils sont des facteurs de production) à vendre leur force de travail ;

  • Un système tout sachète pour être vendu le plus cher possible ;

  • Un système on spécule et la croissance et la compétitivité semblent être les facteurs essentiels ;

  • Un système les 358 personnes les plus riches du monde possèdent autant que 2,3 milliards des plus pauvres ;

  • Un système les uns gèrent le superflu, amassent, conservent, alors que dautres vivent dans lexclusion et la précarité.

Alors que faire ? Read more »


Le service public face à un processus croissant de délégitimation et de rationnement : une évolution inéluctable ?

Le service public français s’est édifié, au 19è s, comme une extension du champ d’intervention de l’État au-delà du périmètre des traditionnelles fonctions régaliennes (la défense nationale, la police, la justice, le prélèvement de l’impôt…). En tant qu’invention politique, censée répondre aux mutations économiques de l’époque, le service public a permis de répondre à la question sociale en posant notamment les bases du système de protection sociale. Comme construction politique, le service public n’est donc pas une donnée intangible, une forme d’invariant historique ; il n’est pas à l’abri des tentatives de destruction orchestrées depuis le tournant néo-libéral du milieu des années 70. Ce qui a été construit et rendu possible par des luttes sociales et intellectuelles peut être aujourd’hui ou demain défait. Read more »


Quelle démocratie ? Liste ouverte…

  1. Confiscation du pouvoir par ceux qui payent la pub, les sondages et le lobbing1

  2. Concurrence déloyale du capitalisme vis à vis des organisations autogérées2

  3. Partenariat où des décideurs invitent des citoyens peu organisés, font semblant de les écouter et surtout… tentent de les convaincre

  4. Pendant que nous nous battons pour faire changer des détails, une véritable dictature financière se met en place

  5. Les mots ne permettent plus de penser la réalité, car ils sont sans cesse digérés par le capitalisme3

  6. Difficulté à se remettre en question, même du côté militant4

  7. Incompétence de nombreux militants à communiquer en démocratie5

  8. Non prise en compte du vote blanc

  9. Nous sommes noyés dans trop de démocratie : il faudrait plus qu’une vie pour être un bon citoyen6

  10. En cumulant trop de mandats, beaucoup d’élus ne peuvent pas être efficaces

  11. Nous sommes dans un état de dégénérescence de la démocratie qui nous fait entrer – à moins que nous y soyons déjà pleinement entrés – dans le régime oligarchique. Un cercle restreint de puissants discuteraient, en conclave, de décisions qu’ils imposeraient par la suite à l’ensemble des citoyens, comme par exemple dans le cas du Traité de Lisbonne imposé aux Européens.7

.

À vous de complétez la liste en rédigeant un commentaire, le webmaster les rajoutera au fur et à mesure…

.

.

1La fabrication du consentement de Noam Chomsky et Edward Herman, éd. Agone

2Transition écologique et transition économique du 12/02/10 de Christian Arnsberger, p. 11

3Cf. Pélican n°25 du 08/09/10 de RÉCit

4Les enfants se plaignent de l’immobilisme de leurs parents, mais une fois parents, ils n’acceptent pas que leurs enfants les fassent évoluer.

5Trop sûrs d’avoir raison, ils heurtent les politiques et fonctionnaires qui se bloquent pour ne pas perdre la face.

6Élections politiques, vie de quartier, école des enfants, élections professionnelles, élections syndicales, associations militantes, associations culturelles, associations sportives, multiples coopératives (de consommateurs (SuperU, AMAP…), banque, assurances, mutuelle…)

7Cf. conférence MP3 « Hervé Kempf : L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie » à la page http://passerellesud.org/Herve-Kempf-L-oligarchie-ca-suffit.html

.

Dernière mise à jour le 22/12/2010


De la désillusion démocratique à l’élévation de nos démocraties locales

Le rêve d’une démocratie parfaite où il ferait bon vivre heureux et épanouis dans la société est certainement une image qui parcourt l’esprit de tous ceux épris de politique1. Or aujourd’hui la démocratie est bien souvent vécue comme une désillusion. À chaque élection, les masses médias nous rabâchent que ce qui risque d’être le facteur déterminant serait le taux d’abstention. Lequel pourrait certainement être bien moins important si le vote blanc n’était pas relégué au rang d’un vote nul. Car celui-ci est porteur de beaucoup de sens politique dans les choix des candidats offert à la mandature par les partis politiques. Cependant l’abstention ne veut pas dire désintéressement de nos concitoyens de la chose politique mais est plutôt le signe pour Pierre Rosanvallon d’un « désenchantement démocratique » qui « dérive d’un idéal de fusion entre gouvernés et gouvernants »2. De surcroît, les projets des deux partis majoritaires, censés motiver l’acte de votation et nous représenter, convainquent de moins en moins. Les autres partis Read more »


Moi, la finance et le Développement Durable

Que fait la banque de votre argent qui dort sur votre compte courant ?

Savez-vous où va vraiment votre épargne ?

Investir Socialement Responsable est-il possible ?

Jocelyne Lemaire Darnaud a réalisé un excellent film-documentaireAffiche du film "Moi, la finance et le DD" qui permet au néophyte de comprendre les bases du fonctionnement bancaire et de l’Investissement Sociétalement Responsable (ISR). Ce qui est particulièrement important dans notre société hautement financiarisée.

Le documentaire est agréable à regarder, car il fonctionne sur une alternance d’entretiens et de scènes de la vie quotidienne d’une ménagère, agrémentée de quelques touches humoristiques bien-à-propos.

Ayant moi-même été actif dans le domaine1, j’apprécie beaucoup le ton du film : constructif et intègre, sans ménagement ni démagogie.

Aux gens qui se demandent si les institutions mises en avant dans le film jouent réellement le jeu et si les acteurs sont bien sincères, je peux attester que la motivation des personnes montrées dans le film est bien prégnante. Concernant celle des institutions et la portée des transformations sociétales de l’ISR, je vous laisse le soin de découvrir le film, notamment les interventions des Amis de la Terre2 et d’Amnesty International.

Eric Goujot

.

PS : La réalisatrice ne pouvant pas répondre à toutes les sollicitations pour intervenir dans des débats, j’aurai eu l’honneur de la représenter ou de l’accompagner à ces occasions : à Minverve au Maquis (Cravirola) le 06/08/11, dans les CCAS d’EDF à Soulac, Montbrun-les-Bains et Morillon (fin juillet 2011), à Audincourt dans le cadre des « 6ème Semaine du Cinéma Social » (05/04/11), à Châlon-en-Champagne à la Comète (03/03/11), à Epinal au Palace (18/01/11), à Mulhouse au Bel Air (07/10/11), à Metz au Caméo Ariel (16/11/10), à Nancy au Caméo Commanderie (30/09/10)

.

Site du film

.

1 notamment avec le collectif Rencontres Épargne Solidarité [je recommande l’enquête réalisée à Bourg-en-Bresse pour ceux qui veulent en savoir plus sur l’intérêt de l’ISR en 2004] et l’association Observatoire de l’Éthique [aujourd’hui Éthifinance]

2 Les Amis de la Terre viennent de publier deux excellents documents :

– le guide Environnement : comment choisir mon épargne ?

– l’étude ISR, l’heure du tri

.

publié le 21/10/2010


Dangereuses contradictions

Comprendre pour mieux agir. A partir de l’expérience pas du tout durable, distributive ni solidaire de la raffinerie de Dunkerque, Jacques Brethé fait ressortir des contradictions fondamentales de notre société. Des arguments implacables, qui rendent incontournables des changements en profondeurs. Du petit lait pour l’Économie Distributive…

Rien n’est pire pour un sujet pensant, que la contradiction, elle affole, elle signifie l’impossibilité à raisonner juste et elle devient rapidement un tracas, un tourment, elle détruit de l’intérieur, elle mine la personne et la société. Ne pas savoir que penser, ne pas savoir où se situe la contradiction crée le malheur.

Le véritable responsable d’une catastrophe Read more »


Travailler 1h par jour selon Bizi!

Couverture du livre "Travailler 1h par jour" de Bizi!A l’occasion du premier anniversaire de la loi sur le travail le dimanche, Bizi! a publié un livre sur la réduction massive du temps de travail.

Il s’agit de remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disantes évidences, et de faire apparaître les éléments manquants -car systématiquement escamotés- du débat sur le temps de travail.

Ce texte Read more »


Le sens de la (pseudo) crise grecque

Pour ceux qui veulent comprendre les dessous de la pseudo faillite de la Grèce, le Colibri invite à lire la démonstration du CAMDT, très facile à comprendre.

NB : on regrettera juste que cette association ne connaisse pas encore les possibilités de la Monnaie Distributive associée au Revenu Unique d’existence et à la Propriété d’Usage…

Lire ici

.

publié le 13/07/2010