lundi, 25 of octobre of 2021

Category » Analyse

Revenu d’Existence : attention aux leurres ?!

Il me vient de suite l’envie de compléter : belle, bonne, joyeuse, utile… existence.

Et pourtant, où trouve-t-on cette notion?

Pas chez ceux qui, peut-être naïvement, pensent qu’il suffira d’octroyer à chacun, dès la naissance, un pactole égal pour tous, pour libérer à vie les plus vulnérables d’entre nous des tâches les plus pénibles (mais socialement utiles sinon indispensables).

Et certainement pas chez ceux, qui, machiavéliquement, comptent avec ce revenu pouvoir se dédouaner de leurs responsabilités, acheter la paix sociale, et qui en profiteront pour récupérer à leur propre avantage ce nouveau pouvoir d’achat.

« L’empressement des travailleurs à accepter des emplois faiblement rémunérés
dépend en partie de la générosité relative des prestations de chômage.
Il y a lieu, dans tous les pays, de raccourcir la durée des droits lorsqu’elle est trop longue
ou de rendre les conditions d’admission plus strictes.
»

Banque mondiale, World Department Report, Workers in an integrating world, Oxford university press, 1995

.

Le revenu d’existence est une belle et généreuse notion qui ne peut pas exister dans un système marchand tel que nous le connaissons actuellement, dans Read more »


Persistance du don : du kula à l’Économie Distributive ?

.

Les échanges économiques ne se limitent pas à leur simple dimension marchande. Le sociologue Marcel Mauss et l’ethnologue Bronislaw Malinovski notamment ont montré qu’ils incluent une valeur humaine, organisée autour de la triple obligation de donner, recevoir et rendre. Que faut-il en garder pour penser aujourd’hui les conditions de passage à un système d’Économie Distributive ?

– – –

Pour comprendre les significations contenues dans lacte de donner, Mauss prend lexemple de linstitution du potlatch présente en Mélanésie Occidentale et aussi en AmériqueLe potlatch est un Read more »


Revenu d’Existence : Capitalisme ou Distributisme ?

.

De nombreuses propositions émergent un peu partout, à droite comme à gauche, dans de plus en plus de pays, en vue de faire émerger un revenu d’existence. S’il revêt plusieurs noms (salaire, allocation, dividende, dotation… social, universel, de base, minimum, citoyen…)1, il est toujours inconditionnel. Mais son montant varie fortement d’un promoteur à l’autre (dans un rapport de un à dix), de même que son mode de financement. Comment se positionne la proposition distributiste ? Pourquoi est-ce la proposition la moins utopique ?

.

L’Économie Distributive (ED) combine Monnaie Distributive, Revenu d’Existence (RE), Partage du travail, Démocratie participative et locale (le plus possible) et Propriété d’Usage. Les revenus sont donc distribués aux gens avec une monnaie d’un nouveau genre.

.

Cette monnaie est créée lors de la mise en vente des biens et services que l’on a produits ; elle est détruite lorsque les consommateurs achètent ces biens et services. Elle n’est donc pas créée par la volonté des banques ni par Read more »


Sortir de l’expérimentation, généraliser nos alternatives

.

Nous pouvons être fiers des expériences présentées dans ce journal ! Ingéniosité, courage, ténacité, réussites… Beaux témoignages de fraternité et d’humanisme dans ce monde de brutes. Notre monde n’est pas que pourri, des gens réussissent à mettre de la distance avec les règles du système économique majoritaire. Mais que faudrait-il pour que fraternité et humanisme deviennent la base de nos règles économiques ?

.

Les désirs d’humanisme et de fraternité qui motivent les acteurs des expériences exposées dans ce numéro sont similaires à ceux des précurseurs des premières coopératives et mutuelles. Mais pourquoi la dynamique de l’Économie Sociale n’a-t-elle pas réussi à contrecarrer l’aggravation des inégalités, la destruction de l’environnement, l’augmentation du stress… ? Les banques coopératives Read more »


BNB & son réseau de coopérateurs : une monnaie urbaine pour la justice sociale

.

Des Suisses ont créé une monnaie locale complémentaire innovante à Bâle, le Bon Netz Bon (BNB), monnaie locale urbaine, grâce à la force d’un réseau de coopérateurs. Parole à l’un des fondateurs et responsables, Isidore Wallimann, également professeur d’université émérite.

.

Lorsqu’on pense monnaies locales complémentaires en Suisse, arrive tout de suite le WIR, qui fonctionne depuis plus de 70 ans et concerne 60.000 utilisateurs. Comment se situe le BNB ?

Le WIR1, monnaie complémentaire qui est effectivement utilisée par un quart des entreprises du pays, est orienté défense des artisans et petites entreprises contre le grand capital, dans une optique protectionniste voire nationaliste : le local en Suisse est souvent teinté de réactionnaire. À l’inverse, le BNB a une vocation de justice sociale. Il a été créé comme Read more »


La sociocratie, ou l’alliance de l’humanisme et de la réussite

.

Quy a-t-il de commun entre Le Cirque du Soleil, les Colibris le Mouvement pour la Terre et lHumanisme, l’organisation néerlandaise de partage de voitures Wheels 4 All et la compagnie aérienne American Airlines ? Ces quatre organisations appliquent au quotidien les principes de la sociocratie. Elles semblent par ailleurs toutes connaître la réussite, et ceci à tous les niveaux.

.

Gérard J. Arpey, président dAmerican Airlines, crée en 2004 les outils Read more »


Tirer au sort des représentants pour tirer la démocratie vers le peuple

Voici maintenant une idée surprenante, la stochocratie.
La
rédaction était très partagée sur la publication ou non de cet article : il aiderait à ouvrir les esprits pour certains, il discréditerait le Politique pour d’autres.
Contribuez à la progression du débat sur cette page !

.

Selon Aristote (-384, -322) le philosophe grec « le vote était d’essence aristocratique et le tirage au sort d’essence démocratique ». Étymologiquement, demos veut dire peuple et kraten pouvoir. Donc, le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple. Ce qui m’amène à affirmer que la République dans laquelle nous vivons actuellement est représentée par une classe oligarchique1, non représentative de la société française, qui se compose pour moitié de femmes, de 20% d’ouvriers, de 40 % d’employés, d’artisans, de chômeurs, d’indigents et d’une infime partie d’énarques et notables.

.

Fondement de la démocratie

Le meilleur moyen pour que le peuple se gouverne par lui-même et pour lui-même, ne serait-il pas de revenir aux fondamentaux de la démocratie athénienne, le tirage au sort des parlementaires ? Ce principe est appelé stochocratie, du grec kratein, « diriger, gouverner » et stokhastikos « conjectural, aléatoire ». Système qui évite tout carriérisme et autres « promesses qui n’engagent que ceux qui y croient2 ».

.

Expériences probantes

Les grecs anciens, principalement à Athènes, se posaient systématiquement la question, lorsqu’il s’agissait de représenter le peuple, s’il était plus judicieux de procéder à des élections ou au tirage au sort.

Au XIIIe siècle, la République de Sienne, en Italie, tirait au sort neuf gouverneurs, ils devaient être issus du peuple et ce tous les deux mois. Leur rôle était de concevoir des législations claires pour tous, afin d’éviter toute ambiguïté. Toujours sous la Renaissance italienne, les doges de la sérénissime Venise furent également tirés au sort et la ville de Florence fut également régie par des citoyens tirés au sort.

Actuellement, les jurés de la cour d’assises, au nombre de neuf, la plus haute juridiction statuant en matière pénale les infractions qualifiées de crimes, sont également tirés au sort parmi les listes électorales. Ces jurés, de simples citoyens, non spécialistes de la question judiciaire, sont amenés à statuer sur le sort des prévenus, pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité.

Les conférences de consensus au Danemark depuis 1987, les jury citoyens en Allemagne, Espagne, France… sont des assemblées temporaires désignées par tirage au sort ou choisies par une autre méthode aléatoire (démarchage dans la rue…), elles permettent d’orienter certaines décisions politiques.

Un parti politique en Lorraine tire au sort un tiers des membres de son Conseil d’Administration Régional (les secrétaires départementaux, élus, sont membres de droit du CAR), en s’arrangeant pour obtenir une parité femme-homme. Les gens peuvent bien sûr refuser. Mais en général, les réactions sont plutôt positives : « je n’aurais jamais osé me présenter », « je ne savais pas que j’en étais capable », « finalement ce travail de responsable me plaît bien ».

.

Ce que notre Parlement pourrait devenir

Si un nombre fait l’unanimité chez les statisticiens pour qu’un échantillon soit représentatif d’une population, c’est celui de mille (1 000). Ce nombre, correspond à l’addition des deux chambres parlementaires, l’assemblée nationale et le sénat. Comme dans la « vraie » vie, les disparités sociales et salariales seraient également représentées dans les deux assemblées, puisque les émoluments de chaque parlementaire sont basés sur ses revenus d’avant qu’ils soient tirés au sort. Nous verrions donc se côtoyer dans un même lieu, de véritables smicards et de véritables notables voire milliardaires…

.

Damien Rehar

.

Louis XVIII : « Le représentatif me convient à merveille… depuis que nous avons des députés à nous () ils ne me coûtent pas, chaque année, un mois de Mme de Cayla… () je naimais point du tout ce représentatif ; mais il est à notre bénéfice et dont le produit est immense, le danger nul, quoi quon en dise…».

.

L’élection organise une aristocratie, L. Henry et Ph-A Pouille, 10 mars 2008.

La Stochocratie, Roger de Sizif, éd les belles lettres. 1998.
http://stochocratie.free.fr

.

1 NDLR : dans un régime politique oligarchique, la souveraineté appartient à un petit groupe de personnes.

2 Dixit Charles Pasqua, ancien ministre de l’intérieur et actuel sénateur.

.

publié dans le n°4 de novembre 2010, mis en ligne le 08/12/2011


Démocratie active : 40 ans de pratique à Vandoncourt

.

Il existe plusieurs niveaux de démocratie et nous connaissons tous très bien son expression la moins haute : la version représentative, puisque cest le modèle en vigueur dans nos institutions. A léchelle locale, quelques villes dans le monde ont expérimenté des modèles de démocratie plus participatives dites directe ou de co-création : Porto Allègre au Brésil, Marinaleda en Espagne… Voici Vandoncourt, dans le Doubs.

.

Vandoncourt semble être lexemple de gouvernance participative la plus élevée et, depuis 40 ans, ses 820 habitants continuent Read more »


Des actuels conflits sociaux au mouvement sociétal à venir

.

Il importe de s’interroger sur le succès rencontré, depuis une vingtaine d’années, par diverses approches sociologiques portant sur les mobilisations collectives : ne proviendrait-il pas de leur fonction de dépolitisation du mouvement sociétal plus que de leur capacité à en rendre objectivement compte ? Répondre à cette question nécessite de se doter, d’entrée de jeu, d’une définition rigoureuse du mouvement sociétal. Ce détour théorique nous indiquera les actuelles potentialités en émergence du côté d’une société civile et il nous permettra de ne pas rester emmurés ou paralysés dans de fausses certitudes.

.

Il revient au sociologue Alain Touraine d’avoir modélisé le mouvement sociétal à partir de l’expérience ouvrière et, aussi, d’avoir constitué la figure ouvrière en sujet historique. Sa thèse est simple : le mouvement ouvrier Read more »


Zoom sur le partenariat

.

Partenariat suppose au préalable être à lécoute de lautre et développer des relations les uns ne sont pas un peu plus égaux que les autres, tout le monde est sur un pied dégalité.

.

Il sagit de partir du principe que dans une société, il y a Read more »