samedi, 23 of septembre of 2017

« Tlalmilli » des Aztèques

.

La propriété d’usage, proposée en Économie Distributive pour remplacer la propriété privée (qui n’est techniquement plus possible), fait souvent débat. L’homme serait tellement sournois et avare depuis la nuit des temps… Certains l’ont pourtant vécu avec réussite.

.

Il était une fois la propriété d’usage selon les Aztèques

.

Le fondement de l’organisation sociale des Aztèques était le « calpulli » ou communauté basée sur des clans dynastiques qui avaient l’usufruit du territoire commun.

.

Chaque famille, parmi les membres du « calpulli », les « macehualis », recevait de la communauté une parcelle de terre en possession familiale, le « tlalmilli », dont les enfants pouvaient hériter avec la maison et d’autres installations, mais qu’ils ne pouvaient pas vendre. La parcelle était retirée à la famille lorsque celle-ci n’avait pas de descendance, ou lorsque celui qui la possédait la laissait sans culture pendant deux années consécutives. Une partie de la terre des « calpullis » était toujours communale et leur production servait à couvrir les dépenses communes, soit à entretenir ceux qui étaient inaptes au travail et pour payer les tribus. Tous les membres du « calpulli » étaient obligés de travailler les terres communales.

.

Extrait de « Systèmes agraires en Amérique latine » de Jacques Chonchol (Editions de l’IHEAL) gentiment envoyé par Matthieu Calame.

.

publié dans le n°3 d’avril 2010, mis en ligne le 25/11/2011


Leave a comment


Comments RSS TrackBack 1 comment