dimanche, 28 of mai of 2017

Le courrier des lecteurs, Colibri S&D n°3

Tout lu

J’ai lu tout le n°2. C’est la première fois que je lis entièrement un journal.

Je vais le faire connaître.

Michelle (25)

.

Remonte le moral

Mes revenus sont faibles (ASS) et mon « réseau » social quasi nul. Ne travaillant pas je suis très isolé et en proie au doute quant à mes idées utopiques par conséquent. L’existence de votre revue me remonte le moral, me donne de l’espoir, celui de rencontrer des gens qui me ressemblent. Je souhaite participer à vos réunions, apporter mon témoignage.

Olivier (88)

.

Bien aimé

J‘ai parcouru les 2 numéros du Colibri S&D . Bien aimé les articles de fond et la philosophie du collectif.

Philippe (42)

.

Structure et âme à trouver

Toutes les trois avons été quelque peu déçues par le numéro 2 et vous proposons notre point de vue pour vous aider à avancer. Nous nous demandons quelle est la cible du Colibri S&D . Est-ce un journal pour parler des alternatives en général ? Lectrices de presse alternative, nous n’avons pas appris grand chose dans les sujets proposés, nous aurions souhaité qu’ils soient plus approfondis (sans être plus intellectuels). Ne faudrait-il pas des articles plus longs, à l’image de l’Age de FAIRE qui fait des doubles pages sur certains sujets ? Est-ce un journal pour vulgariser l’Économie Distributive ? Si oui, les personnes qui connaissent déjà ne risquent-elles pas de s’ennuyer ?

Céline (03), Manue (54) et Virginie (88)

.

Je me suis envolée avec lui

La première fois que jai tenu le Colibri S&D entre les mains, je sortais de la Maison de la Citoyenneté Mondiale de Mulhouse jai rencontré M. Winterhalter qui mexpliquait ce quétait lÉconomie Distributive. En effet, il ma fait découvrir cette nouvelle revue suite à une interview je linterrogeais sur les métiers en rapport avec lÉconomie Solidaire (projet détudes).

En ouvrant le Colibri S&D, je me suis envolée avec lui au détour de concepts nouveaux pour moi et dans l’envers du décor de l’actualité. J’ai tout de suite accroché aux idées qu’on me transmettait dans les lignes de cette petite revue rouge.

Le Colibri S&D est un journal original et audacieux, j’aime la manière dont les articles sont écrits et tous savent appâter ma curiosité. J’ai vraiment eu envie de soutenir cette idée d’économie alternative en m’abonnant.

Cette revue est pour moi une valeur ajoutée. En tant qu’étudiante, je m’y retrouve dans la simplicité avec laquelle les auteurs s’adressent à nous, on se sent « proche par nos idées ».

Valeur ajoutée aussi parce que le Colibri S&D sait éveiller ma réflexion et aiguiser mon sens critique par rapport à la société dans laquelle nous vivons.

J’aime la charte graphique et les illustrations qui rendent la revue très agréable à lire. J’aime faire partager sa lecture avec des proches et pour cela j’ai préféré la version papier même si c’est un peu moins écologique…

Toutes ces remarques sont positives mais si je devais citer des choses que je regrette c’est peut-être que j’aurais aimé avoir plus de pages et une plus grande fréquence de parution mais je sais que cela dépend du nombre d’abonnés et que cela engendrerait sans doute des coûts supplémentaires. J’espère que très vite les abonnements seront assez nombreux pour augmenter le nombre de parutions.

J’ai pu trouver le parallèle avec des articles (comme des informations sur le Magasin Pour Rien) sur le site web du Colibri S&D et donc dans l’ensemble je suis très satisfaite mais il faudrait peut-être indiquer plus visiblement que l’on peut aussi visiter des pages du site web même sans abonnement.

Merci encore pour cette revue, en attendant le numéro 3 !

Marion (68)

.

> Le Colibri S&D :

À nos yeux, les critiques positives répondent en partie aux questions soulevées par Céline, Manue et Virginie. Il ne sera pas possible de plaire à tout le monde, mais essayons de faire au mieux.

Notre objectif n’est pas de développer une information intellectuelle dense et complète, mais de faire de la vulgarisation, de suggérer l’envie d’en savoir plus et de se mettre en mouvement sur de nouveaux chemins complémentaires. Ceci étant, nous allons étudier la possibilité d’augmenter le nombre de pages afin de développer un peu plus longuement certains sujets.

Forcement, les lecteurs attentifs de presse alternative sont déjà au courant de beaucoup de choses, c’est dur de les surprendre. Étant dans cette catégorie, lorsque je parcours le journal d’un confrère, je suis content si je découvre un nouveau sujet par numéro. Combien de lecteurs du n°2 n’auront pas découvert un seul sujet ? Qui connaissait déjà l’Économie de Communion ? Les Magasins pour Rien ? Sur ce sujet, nous avons voulu piquer la curiosité… deux cas concrets sont maintenant visibles sur notre site -, il aurait peut-être fallu développer plus dans le n°2 ?

Nous espérons être soutenus pas les adeptes de l’Économie Distributive, mais c’est surtout les gens qui ne la connaissent pas encore que l’on souhaite toucher, pour qu’ils découvrent les éléments qui manquaient jusqu’alors pour généraliser à toute la société les pratiques solidaires et citoyennes.

Quoi qu’il en soit, un très grand merci pour toutes vos réactions. Nous comptons sur vous pour nous exprimer vos réactions à la lecture du journal !

.

publié dans le n°3 d’avril 2010, mis en ligne le 25/11/2011

> Le Colibri S&D :

A nos yeux, les critiques positives répondent en partie aux questions soulevées par Céline, Manue et Virginie. Il ne sera pas possible de plaire à tout le monde, mais essayons de faire au mieux.

Notre objectif n’est pas de développer une information intellectuelle dense et complète, mais de faire de la vulgarisation, de suggérer l’envie d’en savoir plus et de se mettre en mouvement sur de nouveaux chemins complémentaires. Ceci étant, nous allons étudier la possibilité d’augmenter le nombre de pages afin de développer un peu plus longuement certains sujets.

Forcement, les lecteurs attentifs de presse alternative sont déjà au courant de beaucoup de choses, c’est dur de les surprendre. Étant dans cette catégorie, lorsque je parcours le journal d’un confrère, je suis content si je découvre un nouveau sujet par numéro. Combien de lecteurs du n°2 n’auront pas découvert un seul sujet ? Qui connaissait déjà l’Économie de Communion ? Les Magasins pour Rien ? Sur ce sujet, nous avons voulu piquer la curiosité… deux cas concrets sont maintenant visibles sur notre site -, il aurait peut-être fallu développer plus dans le n°2 ?

Nous espérons être soutenus pas les adeptes de l’Économie Distributive, mais c’est surtout les gens qui ne la connaissent pas encore que l’on souhaite toucher, pour qu’ils découvrent les éléments qui manquaient jusqu’alors pour généraliser à toute la société les pratiques solidaires et citoyennes.

Quoi qu’il en soit, un très grand merci pour toutes vos réactions. Nous comptons sur vous pour nous exprimer vos réactions à la lecture du journal !


Leave a comment